× Accueil Parcours du Camion Planning de la tournée : Juillet Planning de la tournée : Août Idées lectures des libraires Jeu-concours
☰ Menu
visuel le camion qui livre
équipe libraires

Librairie du Renard (à Paimpol)

Benjamin WOOD, Le complexe d'Eden BELLWETHER

Le Complexe d’Eden Bellwether est le premier roman de Benjamin Wood. Cette première œuvre est marquée par sa grande modernité, en effet, dans le cadre très classique de l’université de Cambridge se met en place une intrigue déroutante, étonnante, et qui happe le lecteur.
Le Complexe d’Eden Bellwether, coup de cœur partagé par toute l’équipe, nous offre un personnage trouble, hypnotique et inquiétant. En effet, de la fratrie Bellwether, celui qui retient toute notre attention c’est Eden. Jeune homme brillant, musicien prodige, son intelligence nous fascine autant qu’elle nous effraie. Ce roman plein de suspense ne peut laisser son lecteur indifférent, et il est une véritable expérience de lecture hors du commun. Une lecture estivale dont vous vous souviendrez !

équipe libraires

Maison de la presse du Lavandou

Tobie NATHAN, Ce pays qui te ressemble.

1925. Le Caire, les communautés, grecque, arménienne, copte, juive, arabe côtoient les apatrides ; en dépit de cette proximité elles n’ont pas appris à se connaître. Se tisse cependant un entrelacement de croyances, de coutumes.
1941. Le juif non circoncis Zohar tombe follement amoureux de sa sœur de lait arabe Masreya, ses amis sont: Nino le communiste, Joe le sioniste. Nino se convertira à l’Islam, Joe paiera de sa vie la haine des musulmans envers les juifs.
C’est aussi la décadence du roi Farouk, adulé par un peuple habitué à se soumettre, qui s’expatriera sous la pression des Frères musulmans. Fresque monumentale à la fois historique et fantastique, où l’on retrouve les « Mendiants et orgueilleux » d’Albert Cossery dans un pays fort éloigné de l’ « Eloge de la différence » d’Albert Jacquard.

équipe libraires

Librairie Ravy (Quimper), Jean-Michel Blanc

Lorraine Fouchet, Entre ciel et Lou

Entre rire et tension, Lorraine Fouchet nous livre un roman au grand cœur, plein de tendresse, de vie, d’Amour avec un grand A, tout simplement.
Cette histoire pourrait être celle de toutes les familles, on s’aime, on se jalouse, on se déteste. Et Lou, qui vient de disparaitre, laissant son Jo, son «Piroche» bien seul sur cette île de Groix, où tout était en place pour couler une retraite paisible, va confier un dernier et grand challenge à cet ancien grand ponte en cardiologie, «redonner le sourire à Cyrian et Sarah, ces 2 jeunes adultes qui portent son nom» et dont il ne s’est jamais occupé. La mission est difficile tant les membres d’une même famille peuvent être difficilement gérables, mais la raison en est tellement belle et la motivation portée par l’amour de Jo envers Lou est tellement grande.

équipe libraires

La Librairie CAJELICE, Perpignan

LOUISE ERDRICH, Dans le silence du vent

"Si la loi, en théorie, est censée assouvir la soif de vengeance des plus démunis et apporter justice et vérité dans le monde moderne, dans l'histoire amérindienne, elle ne fait que d'attiser des feux plus ardents. Lorsque une femme est brutalement violée dans une réserve ojibwé du Dakota du Nord, c'est son fils qui mènera une quête pour la justice, et ses réponses l'arracheront définitivement de son enfance, dans un pays où les lois américaine et amérindienne sont deux aimants qui ne se rencontrent jamais. L'univers multiculturel de cette brillantissime auteure amérindienne, originaire de cette même tribu au centre de l'intrigue, plonge le lecteur dans un état de semi-hypnose, subjugué par la prose délicate et déchirante qui lui sont si caractéristiques à travers ses nombreux romans. Récompensé par le National Book Award, le plus prestigieux des prix littéraires états-unien, ce livre, dont la position de dénonciateur farouche d'un système totalement imparfait et injuste, ne vous laissera pas indemne."

équipe libraires

Librairie La Droguerie de Marine, Saint Malo

Durian Sukegawa, Les Délices de Tokyo

"Voilà un roman époustouflant de générosité. Quelque part dans Tokyo, Sentaro cuisine et vend des dorayakis fameuses galettes traditionnelles à base de haricots rouges. Criblé de dettes, il n’a de cesse de vouloir les rembourser mais n'éprouve plus aucun plaisir pour son métier, allant même jusqu'à commander la pâte déjà faite chez les chinois . De surcroît, il a tendance à boire beaucoup lorsqu'il se retrouve chez lui, esseulé. Triste vie. Son existence prend alors une tournure différente lorsque Tokue , une vieille dame de 73 ans venue de nulle part va se présenter à lui et lui proposer son savoir-faire . A raison de deux jours par semaine, Tokue lui vient en aide au restaurant et va jusqu’à lui redonner la confiance qui l'avait abandonné, lui transmettant son talent ; une nouvelle clientèle, constituée essentiellement d’adolescents afflue, distillant autour du restaurant une énergie débordante d'optimisme. Cependant cette mystérieuse femme aux doigts tordus est rattrapée par son passé. Guérie de la maladie de Hansen ,Tokue a été internée de force au sanatorium . En effet une loi de 1953 rend obligatoire l’internement des personnes atteintes par cette maladie et ne sera abrogée qu’en 1996. Un enfermement qui va disséminer les familles. Dans ce Japon contemporain où discipline et pudeur s’entremêlent, des réalités rendent ce pays très dur. Ne croyez pas trouver là un roman emprunt de mièvrerie et de bons sentiments ; il s'en dégage au contraire, grâce à une écriture subtile qui donne un rythme calme au récit , une grande force de vie et un optimisme tout à fait contagieux. A partir d'un thème assez dur , Durian Sukegawa signe un magnifique roman sensuel , épistolaire et dégageant une douce poésie ."